Atelier spécialisé dans la conservation et la restauration d’art moderne et contemporain.

 

Les services de conservation couvrent

  • La peinture

  • La sculpture, intérieure et extérieure

  • Les œuvres plastiques, support pvc

  • Le dessin, support papier

  • Les constats d’états

  • L’entretien des œuvres
     

L'atelier offre également un grand nombre d’autres services comme 

  • L’encadrement

  • Le transport et l’emballage

  • L’assurance

L’activité de restaurateur consiste en l’examen technique, la préservation et la restauration de biens culturels.

 

On peut faire la distinction entre les trois champs d'application suivants : 
la conservation préventive, la conservation curative et la restauration.

La conservation se partage entre la conservation préventive, qui porte sur les causes de la dégradation et la conservation curative, qui traite les effets de la dégradation.

La conservation préventive agit sur les causes des dégradations : l'action sur l'œuvre est indirecte. Le groupe canadien de l'ICC donne la définition suivante : "il s'agit de toutes les mesures destinées à retarder la détérioration d'un bien culturel ou à prévenir les dommages grâce à l'établissement de conditions optimales de transport, de manipulation, d'entreposage et d'utilisation. La prévention comprend le contrôle de l'environnement et peut même inclure les traitements destinés à maintenir un bien culturel dans un état aussi stable que possible. La conservation préventive a donc pour objectif de prolonger l'espérance de vie des biens culturels." 

La conservation curative traite les effets de la dégradation. C'est une intervention directe et obligatoire sur un objet dont l'intégrité est menacée.

La restauration est une intervention directe sur l'œuvre afin de faciliter — ou rétablir — une lisibilité. On peut dire, dans une certaine mesure, que la restauration est une action facultative dont le but est esthétique, visant à mettre en valeur. En principe, les interventions directes sur les objets doivent être minimales et réversibles.

 

La peinture : Les nouveaux matériaux, un défi pour la conservation - restauration de qualité.

La peinture moderne et contemporaine se caractérise par son caractère expérimental. Les artistes, s’éloignant des méthodes de peinture bien établies et des «matériaux d’artiste» traditionnels ont exploré de nouvelles façons de produire des tableaux.

L’utilisation de nouveaux matériaux par les artistes d’aujourd’hui entraîne de nouvelles difficultés techniques. Les artistes, pour la plupart, se détachent des préoccupations techniques de mise en œuvre. C’est l’idée qui prime sur  la matérialisation. Tout le travail consiste dès lors à comprendre le contexte environnant la création de l’œuvre, les matériaux utilisés, leur mise en œuvre, les intentions de l’artiste. Une véritable enquête sur l’œuvre s’impose.

 

La sculpture

Outre les matériaux traditionnels tels que la pierre, le bronze et le bois, la sculpture contemporaine comprend des matières plastiques, du verre, de la céramique, de la cire, des textiles, du papier. Sans compter toutes sortes d’alliages de métaux, des matières organiques et des médias éphémères. En fait, tout matériel que l’humanité peut utiliser ou a produit.

 

 

Le rôle du restaurateur est de prolonger au maximum la vie de ces œuvres, sans pour autant changer la vision de l’artiste (conservation préventive). Il doit donc trouver un compromis entre la volonté de l’artiste et la mission de préservation. Parfois un processus de dégradation a été envisagé dés la création et en constitue le fondement. Dans ce cas, le restaurateur peut, avec l’accord de l’artiste,  remplacer les matériaux par d’autres. Les œuvres contemporaines sont désormais appelées à avoir plusieurs vies.

Références 

  • Collections privées

  • Travaux en collaboration avec les artistes

  • Galeries

  • Fondations

  • Assurances

  • Salles des ventes

  • Musées

  • Experts